Medieval II Total War

Medieval II Total War de Creative Assembly et Sega est un jeu tour par tour et en temps réel (RTS). Comme nous l’avons indiqué dans le test de Rome Total War, nous sommes des fans depuis longtemps de la série et nous donnerons un avis probablement plus critique que celui d'un joueur débutant.

Une expérience visuelle d’une grande qualité

Au niveau graphique Médiéval 2 Total War vous offre des batailles spéculaires contenant plus de soldats sur le champ de batailles qu’aucun autre jeu. Les soldats que vous commandez sont très beaux et ressemblent à la représentation que l’on peut se faire de ceux du Moyen-Âge. Les champs de batailles sont fort réussis et ont un relief varié ne se répétant que rarement. Les villes et forts sont bien détaillés et viennent renforcer l’aspect médiéval du jeu dans ses moindres détails. Mais toutes ces qualités graphiques et artistiques viennent avec un prix. Il vous faudra un très bon ordinateur pour pouvoir faire fonctionner le jeu au maximum de sa qualité. Même avec un excellent ordinateur, il serait surprenant que vous puissiez jouer tous les graphiques au maximum sans lag. C’est pourquoi nous recommandons d’avoir au minimum une ATI X1600 pro 512 megs pour pouvoir profiter du jeu dans des conditions acceptables. De plus, notez que les cartes qui ne supportent pas le Pixel Shader 1.1 ne peuvent pas faire marcher le jeu, il vous faut donc le fixer en achetant la carte évoquée précédemment ou mieux.

L’histoire

Médiéval 2 Total War vous plonge dans le Moyen-Âge et contient 21 factions. La France, l’Angleterre, l’Écosse, le Saint-Empire germanique (Holy Roman Empire), le Danemark, l’Espagne, le Portugal, Milan, Venise, la Sicile, les Moore, Égypte, les Turk (Turque), les Byzantin, les Hongrois, lesPolonais et enfin les Russe. Le jeu contient aussi des factions non jouables telles la Papoté, les Mongol, les Timuride et les Aztèque. Les Mongol et Timuride arrivent à l’est en Turquie à date fixe et vous pouvez vous lancer à la conquête du Nouveau Monde contre les Aztèque à partir de l’année 1400. Globalement l’évolution de votre faction suit l’évolution de vos constructions dans les villes et l’apparition de certains événements comme la poudre à canon. Outre ces différents aspects, l’enchaînement historique du jeu est entre vos mains et c’est là tout l’intérêt du jeu. Vous devez donc conquérir tout l’Occident pour gagner la partie et débloquer l’ensemble des factions. C'est-à-dire que vous devez contrôler 45 régions et une ville au Moyen-Orient pour gagner une grande campagne. Vous pouvez choisir différents niveaux de difficulté selon vos talents, mais le mode Very Hard nous est apparu comme le plus réaliste et crédible, proposant un défit intéressant.

L’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle d’un jeu tel Médiéval Total War est probablement une des choses les plus difficules à accomplir puisqu’il s’agit d’un jeu qui recrée des combats de manière réaliste incluant l’aspect moral des troupes ainsi que la fatigue. Ces deux facteurs demandent une bonne compréhension de la psychologie des troupes sur les champs de batailles ainsi qu’une bonne compréhension des forces et faibles des troupes à votre disposition. Ainsi, le joueur qui comprendra le mieux cette dynamique de combat sera celui qui dominera les champs de batailles, peu importe la nature de ses troupes. Le problème c’est que l’intelligence artificielle quant à elle ne semble pas avoir une aussi bonne compréhension de ses troupes et c’est généralement très simple de vaincre vos ennemis. Il faut tout de même admettre que parfois vos ennemis peuvent avoir des éclairs de génies, mais c’est plutôt rare. De plus si vous avez joué aux autres Total War, vous remarquerez peu de différence entre les deux.

Les unités des jeux

Médiéval II Total War vous propose une grande diversité d’unité selon chaque faction. Chaque unité a une apparence différente, des forces et faiblesses différentes. Comme l’indiquait un des développeurs, ce jeu est comme le jeu de Roche papier ciseaux allumette. Pour gagner, il vous faut utiliser les bonnes unités contre les bons adversaires. Ainsi, les unités à épée sont faibles contre la cavalerie, mais fortes contre l’infanterie. Les lanciers sont forts contre la cavalerie, mais faibles contre les épées. La cavalerie est forte contre les épées et archers, mais faible contre les lances. La cavalerie est puissante lors de la charge, mais faible en combat stationnaire. La cavalerie archer peu facilement décimer l’adversaire sans réellement prendre de risque et peut s’enfuir rapidement. L’artillerie est puissance pour faire paniquer les formations denses, détruire les mûrs et défendre les rues d’une ville. Les archers sont bons pour enflammer les outils de siège alors que les arbalétiers sont forts pour tuer les troupes armures. Les arquebusiers et mousquetaires ont une longue portée et perforent les armures, mais ils rechargent lentement menant à des batailles d’endurance. Bref, le jeu vous donne une diversité d’unités qui bien utilisées et diversifiées peuvent vaincre n’importe quoi.

L’environnement sonore

Le son de Medieval est acceptable, mais si vous n’avez pas de carte de son supportant le EAX, le son est bien ordinaire et même peut bugger avec certaines cartes de son. La musique du jeu est intense, mais moins bonne que dans les Total War précédants. La musique manque aussi de diversité ce qui est décevant considérant que les Total War antérieurs offraient les meilleures trames sonores que nous ayons entendues dans des jeux. Médieval II Total War au niveau sonore est surtout stressant alors que les Total War précédents étaient plutôt agréables et plus relaxes.

Le multijoueur

Le multijoueur a été un peu amélioré avec quelques détails mineurs mais présente moins d'intérêt selon nous. Les batailles en multijoueur vous apportent que très peu de satisfaction globalement étant donné un manque total de contexte et d’impact d’une victoire ou d’une défaite. Un système de rang aurait probablement aidé, mais ne remplacera jamais la possibilité d’avoir une campagne multijoueur que les fans attendent depuis Shogun Total War, Medieval Total War, Rome Total War et maintenant Medieval II Total War. Il est surprenant que depuis toutes ces années les développeurs n’aient pas su tirer partie de la quantité phénoménale d’idées qui ont été proposées par la communauté sur le sujet où n’aient pas su s’inspirer de jeux similaires. Une Campagne coopérative aurait pu y être inclue avec beaucoup d'intérêt.

Conclusion

Medieval II Total War est un bon jeu et tous ceux qui feront leurs premiers pas dans cette série seront certainement heureux de le découvrir. Mais pour ceux qui comme nous ont abusé de Rome Total War, Medieval II Total War est un peu comme une expansion où les principes du jeu ont très peu évolué. Voilà les raisons principales de notre déceptionet. De fait, un habitué peut gagner aussi facilement que dans Rome Total War. Malgré tout, nous recommandons fortement ce jeu qui est à notre avis encore un des meilleurs jeux de stratégie disponible sur le PC.